Faire construire une véranda chez soi : conseils, réglementation et coût

0
52

L’installation d’un espace clos et vitré sur la façade ou le côté d’une maison n’apporte pas que du charme à la résidence. Cette pièce d’appoint constitue également un refuge pour admirer les splendeurs naturelles aussi bien en été qu’en hiver. Quelles dispositions pratiques s’imposent pour réussir la construction d’un tel ouvrage ?

Bien élaborer le projet en amont

L’installation d’une véranda représente une tâche technique qui incombe à un professionnel. L’assistance d’un spécialiste s’impose pour la réalisation de l’esquisse et pour l’exécution des travaux. Ce processus comporte plusieurs phases déterminantes.

Le choix de l’emplacement

Cette étape requiert la visite du chantier par le fabricant contacté. Elle reste fondamentale pour une bonne élaboration du projet. Le professionnel invité inspecte la résidence. Il s’intéresse surtout à l’extérieur. Cela lui permet de fournir des conseils pertinents. Il identifie l’emplacement idéal pour la construction de l’ouvrage grâce à ses compétences et à ses expériences. Généralement, celui-ci s’accole à la façade de la pièce à vivre. Mais, tout dépend de la configuration de la maison. Le spécialiste prend également en compte d’autres facteurs déterminants comme la direction du vent, le positionnement du soleil, etc. L’orientation bioclimatique joue un rôle très important en matière d’isolation.

Après l’identification de l’emplacement de la véranda, les échanges portent sur la configuration de l’ouvrage. Les fabricants sollicités montrent souvent aux propriétaires un catalogue avec différents types d’espaces vitrés. Ils pourront effectuer leur choix parmi les modèles disponibles. Un requérant peut aussi faire valoir ses propres idées. Il a la possibilité de présenter un plan préconçu au spécialiste. Il peut également lui fournir des détails sur la véranda dont il rêve. Ce dernier en tiendra compte pour réaliser une esquisse. La configuration de l’ouvrage dépend de l’usage prévu. Les propriétaires peuvent y aménager une pièce à vivre d’appoint ou une mini-bibliothèque. Généralement, l’emplacement retenu offre une vue imprenable sur les éléments de la nature.

Le choix des matériaux

Cette phase reste déterminante pour la réussite du projet. Les vérandas sur mesure permettent de valoriser véritablement les résidences. Les fabricants recommandent généralement une structure en aluminium avec de belles vitrées. Cela apporte du charme aux habitations et les rend plus conviviales. Mais, ils proposent également des ouvrages en PVC, en bois, en acier ou en fer forgé.

Peu importe les matériaux retenus, les prestataires doivent ajuster la véranda à la façade de la résidence pour éviter toute déperdition d’énergie. Le choix des verrières doit prendre en compte les exigences du projet. Le double vitrage garantit une excellente isolation thermique. Il préserve du froid et des bruits extérieurs. Les verres à contrôle solaire conviennent pour instaurer une température clémente à l’intérieur d’une véranda. Les propriétaires peuvent aussi opter pour un vitrage auto-nettoyant pour consacrer moins de temps à l’entretien de l’ouvrage. Ces pièces d’appoint restent compatibles avec les systèmes de climatisation réversibles. Certains fabricants proposent également d’y installer des stores ou des volets télécommandés pour améliorer le confort thermique.

Différents types de toitures existent pour un éclairage optimisé au niveau de ces ouvrages. Elles offrent une magnifique vue sur le ciel ou créent des ombrages qui préservent des rayons solaires. Le choix d’un prestataire certifié proche de la résidence permet d’éviter de longs déplacements pour la visite du chantier et pour l’exécution des travaux. De nombreux propriétaires optent pour des matériaux made in France pour la construction de leur galerie vitrée. Cela garantit un ouvrage à la fois magnifique et résistant à toutes intempéries. Quelques réalisations de véranda en Essonne permettent d’en savoir plus.

Un fabricant spécialisé garantit une véranda magnifique, confortable au plan thermique, résistant et conforme aux normes en vigueur.

Bien élaborer le budget

Après avoir défini l’emplacement et choisi un type de véranda, le propriétaire doit évaluer le coût de son projet. Cet exercice doit prendre en compte le prix des matériaux à exploiter, les tarifs des formalités réglementaires et la rémunération de la main-d’œuvre. Les particuliers ne peuvent pas exécuter personnellement cette tâche puisqu’ils ne disposent pas des informations requises. Ils doivent forcément solliciter l’assistance d’un fabricant. Pour obtenir les meilleures offres, ils doivent demander plusieurs devis. Ils pourront les analyser minutieusement pour connaitre les propositions les plus intéressantes. Cette étude ne doit pas perdre de vue le rapport qualité-prix.

La comparaison des différentes factures reçues aidera le propriétaire à estimer la valeur réelle de chaque élément. Il en tiendra compte pour effectuer les négociations pour le choix du prestataire. Une bonne préparation du budget permet de connaitre le montant à mobiliser lors du lancement des travaux. Après la conclusion d’un accord, un propriétaire doit exiger une facture en bonne et due forme. Les thèmes utilisés doivent ressortir clairement le caractère contraignant de ce document. L’élaboration d’un cahier des charges peut aussi s’avérer nécessaire.

Bien choisir le fabricant

La prise en compte de certains critères s’impose au moment de la sélection définitive du prestataire. Le propriétaire ne doit pas se fier uniquement aux réalisations présentées dans un book et à des prix attractifs. La proximité constitue un paramètre important. Pour construire une véranda à Essonne, il peut solliciter un fabricant qui intervient sur la région Île-de-France. Cela réduira les déplacements lors de la visite du chantier et pendant l’exécution des travaux.

La spécialité représente également un critère fondamental. Les propriétaires doivent vérifier les matériaux que manipule un prestataire qui les intéresse. Certains professionnels bâtissent des vérandas en bois tandis que d’autres fabricants exploitent plutôt l’aluminium ou le PVC. La prise en compte de ce paramètre réduit les risques de conflits ultérieurs liés à une sous-traitance. La plupart des spécialistes précisent sur leur site internet leurs compétences et leurs domaines d’intervention.

Les propriétaires doivent privilégier un professionnel certifié NF avec des labels importants comme Qualimarine, Qualanod et Qualicoat. Il garantit des travaux conformes aux normes en vigueur. Quelques recherches sur le web peuvent aussi permettre de dénicher des avis susceptibles de le renseigner sur sa réputation. Les clients satisfaits ou fâchés n’hésitent pas à poster des témoignages. Leur prise en compte s’impose lors du choix définitif. La plupart des prestataires proposent des vérandas sur mesure.

Les garanties offertes représentent des critères incontournables lors de la sélection. Ils apportent l’assurance d’une exécution des projets dans les meilleures conditions. La garantie décennale reste indispensable. Le fabricant retenu doit également justifier de la souscription à une police qui couvre sa responsabilité civile pendant la construction de la véranda.

Effectuer les démarches réglementaires

La loi a prévu quelques formalités en matière de construction de véranda. Les propriétaires doivent s’y conformer au risque de voir la mairie suspendre les travaux. Cela les met aussi à l’abri d’une éventuelle amende. Les responsables communaux renseignent sur les dispositions d’urbanisme à respecter. L’autorisation administrative à réclamer dépend essentiellement de la taille de la véranda à bâtir.

  • Une déclaration de travaux suffira pour un ouvrage de moins de 20 m².
  • Au-delà de cette superficie, le propriétaire doit récupérer un permis de construire.

Les analyses doivent aussi prendre en compte le coefficient d’occupation. Le recours à un architecte s’impose si la surface de la maison excède 170 m² après la réalisation de l’extension. La plupart des fabricants de vérandas proposent d’accomplir les démarches réglementaires prévues. Ils mettent leurs équipes à la disposition de leurs clients pour les formalités nécessaires. Un propriétaire doit récupérer toutes les autorisations administratives requises avant de lancer les travaux.

Rester dans les marges de coûts

Le coût d’une véranda varie d’un projet à un autre. Il dépend des matériaux utilisés, de la superficie de l’ouvrage, des aménagements prévus, etc. Pour éviter toute surfacturation, un requérant doit solliciter plusieurs devis. Il peut donc comparer les différentes propositions afin d’identifier la meilleure offre. Il a également la possibilité de négocier avec chaque prestataire pour obtenir des prix plus intéressants. Quelques recherches sur internet peuvent aussi aider un propriétaire à connaitre les tendances tarifaires. Des estimations pour une superficie de 20 m² se présentent comme ci-dessous.

  • Une véranda en PVC peut coûter 15 000 €, en moyenne. Malheureusement, ce matériau vieillit assez vite.
  • L’aluminium reste très prisé pour la construction de ces ouvrages. Il apporte aux résidences une touche contemporaine exceptionnelle. Très léger et résistant, il limite les déperditions de chaleur et s’entretient facilement. Les professionnels le manipulent aisément. Les propriétaires doivent prévoir 20 000 €, en moyenne, pour l’installation des vérandas en aluminium.
  • Le bois représente un matériau très apprécié pour son attractivité. Il permet d’instaurer une ambiance conviviale. Toutefois, les fabricants s’en servent très peu pour la construction des vérandas. Cela s’explique certainement par sa cherté. Un tel bijou peut valoir 26 000 €, en moyenne. Ce type d’ouvrage exige un entretien récurrent pour conserver leur charme.
  • Les modèles en acier ou en fer forgé demeurent les plus coûteux. Le budget peut atteindre la somme de 45 000 €. Ce matériau permet d’instaurer une ambiance d’atelier d’artiste. Sa solidité et son esthétique représentent aussi des atouts importants. Toutefois, un traitement spécifique s’impose périodiquement pour éviter que la rouille s’installe.

Lors de l’exécution du projet, le propriétaire doit superviser les travaux. À l’achèvement, il réclame un procès-verbal de réception et un carnet de maintenance avec la liste des contrôles requis périodiquement sur la structure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here